Est-on vraiment en phase avec la lutte contre la pédophilie à la Curie ?


Le Monde (França) – Au Vatican, la curie accusée d’inertie contre la pédophilie

 

Marie Collins, victime d’agressions sexuelles de la part d’un prêtre, a démissionné de la « Commission pontificale pour la protection des mineurs ».

 

C’est une démission qui claque comme une mise en accusation. L’Irlandaise Marie Collins a  annoncé, mercredi 1er  mars, qu’elle quittait la Commission d’experts chargée par le pape François, en  2014, de proposer des réformes permettant à l’Eglise catholique de mieux lutter contre la pédophilie en son sein. Dans un communiqué, elle dénonce un manque  » honteux  » de coopération d’une partie de la curie romaine, jetant le doute sur la volonté, à la tête de l’Eglise, de lutter contre ces atteintes sexuelles sur mineurs.

 

Au sein de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, présidée par le cardinal américain Sean O’Malley, archevêque de Boston, Marie Collins n’était pas n’importe qui. Victime à l’âge de 13 ans d’atteintes sexuelles de la part d’un prêtre, elle a  contribué à dénoncer ce fléau en Irlande. Composée d’une majorité de laïcs, cette commission de dix-sept membres comprenait une autre victime, le Britannique Peter Saunders. Mais il y a un an, il lui a été demandé de se mettre en congé de la commission après qu’il eut publiquement critiqué l’appui apporté par le pape François à certains prélats accusés de négligence. Plus aucune victime de religieux pédophiles ne participe donc désormais aux travaux de ce groupe d’experts.

 

 » Revers constants « 

 

Marie  Collins dénonce  » la résistance de certains membres de la curie au travail de la commission « .  » Le manque de coopération, en particulier de la part du dicastère – ministère – le plus impliqué dans la question des abus sexuels, a été honteux  » et les  » revers  » ont été  » constants  » en dépit de  » l’approbation par le pape François de toutes les recommandations faites par la commission « , affirme-t-elle.

Elle a expliqué, au site National Catholic Reporter, qu’un dicastère avait refusé d’appliquer une demande consistant à ce que toutes les lettres adressées au Vatican par des victimes reçoivent une réponse :  » Il m’est impossible d’écouter des déclarations publiques sur la profonde préoccupation de l’Eglise pour ceux dont la vie a été détruite par des abus, et de voir en même temps qu’une congrégation du Vatican refuse de recevoir leurs lettres. « 

 

Au rang des occasions manquées, Mme Collins cite aussi la création d’un tribunal destiné à  juger les évêques négligents dans la gestion de cas d’abus sexuels. Une proposition approuvée par le pape, mais la congrégation pour la doctrine de la foi a soulevé des  » difficultés juridiques non précisées  » et le tribunal n’a jamais vu le jour. A la place, le pontife a annoncé la création d’un autre mécanisme,  » mais il est impossible de savoir s’il a commencé à travailler « .

 

Elle évoque encore un modèle de recommandations pratiques rédigé à l’intention des conférences épiscopales du monde entier, mais  » qui n’a pas encore été distribué « , le dicastère concerné refusant de le prendre en compte.  » La réticence de certains à la curie vaticane d’appliquer des recommandations ou de coopérer (…) est inacceptable, affirme-t-elle. Il est dévastateur qu’en  2017, ces hommes puissent encore placer d’autres préoccupations avant la protection des enfants et des adultes vulnérables. « 

 

En justifiant son geste, Marie Collins prend soin de mettre le pape François hors de cause dans le mauvais vouloir de son administration. Ce n’était pas le cas de Peter Saunders (voir Note 1.) Avant d’être suspendu, il avait critiqué le soutien apporté par François à l’évêque chilien d’Osorno, Juan Barros, soupçonné d’avoir protégé un prêtre accusé de pédophilie. M.  Saunders avait aussi critiqué le cardinal George Pell, chargé par le pape de l’important secrétariat à l’économie. Le prélat est soupçonné par une commission d’enquête en Australie d’avoir, à l’époque où il y était en poste, détourné les yeux d’abus commis dans son diocèse.

 

Le docteur Catherine Bonnet, elle aussi membre de ce groupe d’experts, confirme au Monde les problèmes rencontrés :  » Il est exact que la commission a des difficultés à travailler avec les autres services de la curie. Marie Collins est une femme remarquable, elle a dit la vérité. Elle n’a pas pris cette décision de manière impulsive. Pour ma part, je ne crains pas les résistances et je continuerai à travailler.  » La commission se réunira du 20 au 27  mars et tiendra une conférence de presse. / 

 Cécile Chambraud

1)

Pédophilie dans l’Eglise : un expert britannique, ancienne victime, quitte la Commission d’experts du Vatican
(07 02 16) Source Le Monde International

Peter Saunders avait exprimé au « Los Angeles Times » sa frustration en raison de la lenteur des travaux.

Peter Saunders, victime de pédophilie et membre du groupe d’experts créé par le pape François pour lutter contre ce fléau dans l’Eglise, a pris ses distances avec la commission, a annoncé le Vatican samedi 5 février.

Lors d’une réunion de cette commission, rassemblée depuis jeudi et jusqu’à dimanche, « il a été décidé » que M. Saunders se mettrait en congé le temps d’envisager « la meilleure manière de soutenir son travail », a annoncé la salle de presse du Vatican.

Responsable en Grande-Bretagne de la National Association for People Abused in Childhood (NAPAC), M. Saunders était, avec l’Irlandaise Marie Collins, l’un des deux membres de cette commission – qui en compte dix-sept – à avoir été abusé par des membres de l’Eglise catholique dans sa jeunesse.

Lenteur des travaux

L’année dernière, Peter Saunders n’avait pas hésité à élever la voix contre Mgr George Pell, tout-puissant « ministre » de l’économie du pape, accusé par une ancienne victime d’avoir refusé de prendre au sérieux sa plainte contre un prêtre, ce que le cardinal australien avait nié en bloc. Il s’était aussi prononcé contre la nomination d’un évêque chilien, Juan de La Cruz Barros, soupçonné d’avoir protégé un prêtre accusé de pédophilie.

Avant le début de la réunion de la commission, M. Saunders avait exprimé au Los Angeles Times sa frustration devant la lenteur des travaux. « La dernière réunion en octobre a été un non-événement. On m’a dit que Rome ne s’était pas faite en un jour, mais le problème, c’est qu’il ne faut que quelques secondes pour violer un enfant », avait-il déclaré.

Lors d’une réunion de cette commission, rassemblée depuis jeudi et jusqu’à dimanche, « il a été décidé » que M. Saunders se mettrait en congé le temps d’envisager « la meilleure manière de soutenir son travail », a annoncé la salle de presse du Vatican.

Responsable en Grande-Bretagne de la National Association for People Abused in Childhood (NAPAC), M. Saunders était, avec l’Irlandaise Marie Collins, l’un des deux membres de cette commission – qui en compte dix-sept – à avoir été abusé par des membres de l’Eglise catholique dans sa jeunesse.

Lenteur des travaux

L’année dernière, Peter Saunders n’avait pas hésité à élever la voix contre Mgr George Pell, tout-puissant « ministre » de l’économie du pape, accusé par une ancienne victime d’avoir refusé de prendre au sérieux sa plainte contre un prêtre, ce que le cardinal australien avait nié en bloc. Il s’était aussi prononcé contre la nomination d’un évêque chilien, Juan de La Cruz Barros, soupçonné d’avoir protégé un prêtre accusé de pédophilie.

Avant le début de la réunion de la commission, M. Saunders avait exprimé au Los Angeles Times sa frustration devant la lenteur des travaux. « La dernière réunion en octobre a été un non-événement. On m’a dit que Rome ne s’était pas faite en un jour, mais le problème, c’est qu’il ne faut que quelques secondes pour violer un enfant », avait-il déclaré.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2016/02/06/pedophilie-dans-l-eglise-une-victime-quitte-la-commission-d-experts-du-vatican_4860844_3210.html#7qcxF5h2PcixtKbB.99

 Lire aussi   L’Eglise américaine et « la profonde honte » de la pédophilie

Publicités
Cet article a été publié dans Articles, Informations, Institution Eglise, Temoignages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s